La Patrouille de France.

Publié le

La Patrouille de France à Narbonne-Plage.

La Patrouille de France.

Voir les commentaires

Acte de mariage consanguin.

Publié le

Voici un acte de mariage de 1764 avec mention de

consanguinité

 

Acte de mariage consanguin.

traduction ci-dessous

 

 

                                                                  sans

    avoir reçu d’opposition ni découvert d’autres

    empêchements civils ou canoniques que celui de

    consanguinité au second degré dont les partis

    ont obtenu dispense de notre Saint Père le Pape

    vu la sentence de fulmination de la ditte dispense

    en datte du neuf aout dernier signé …………

    official de guerre vu aussi la dispense de deux

    bans accordée par Monseigneur l’Evêque signé …

    ....................vicaire général insinué le dix sept

    aoùt dernier fai soussigné après avoir reçu

    le consentement mutuel de susdittes parties par

    parol de présent les ai solennellement conjoins

    en mariage et leur ai donné la bénédiction

    nuptial

 

* second degré:

ces ancêtres se sont mariés en étant cousins, ils ont les même grands-parents...et l'oncle de la mariée devient son beau-père !

 

D'après Mr Google:

La demande de dispense pour consanguinité était faite à l'évêché du diocèse, et à Rome pour le 2ème degré.

En général, le curé des futurs époux les dirigeait vers un religieux qui rédigeait la demande de dispense.

L'expression fulmination d'une dispense signifie: publier la dispense pour la rendre effective.

Il y avait fulmination d'une dispense papale à l'occasion d'un mariage religieux normalement interdit suite à un degré de parenté trop proche.

Voir les commentaires

Foudre du 4 juillet 1906.

Publié le

C'est la rentrée, j'ai donc repris mon autre activité:

la généalogie.

Avec l'aide de mon beau-frère (que je remercie au passage) qui relève les données des cimetières, je relate ces tristes circonstances - texte ci-dessous

Foudre du 4 juillet 1906.

ICI  REPOSENT:

ANTOINETTE & MARIE  JAMMET,

Tuées toutes les deux à la même seconde par la foudre, en

 revenant de l'école, à 4 hres du soir, le 4 juillet 1906,

l'ainée ANTOINETTE, agée de 7 ans et demi

et MARIE, de 6 ans

ont laissé un père et une mère dans des

REGRETS ETERNELS.

Prions tous pour ces pauvres petites victimes des

éléments de la nature !

 

 

Voir les commentaires


#content img {border:2 solid "#ffffff";}